Un père écroué pour avoir violé ses filles avec ses voisins

Un père soupçonné d'avoir violé ses filles pendant cinq ans avec son frère et des voisins a été écroué la semaine dernière à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

17.09.2009

Un père soupçonné d'avoir violé ses deux filles pendant plusieurs années avec son frère et un couple d'amis, lors de séances filmées, a été interpellé et mis en examen la semaine dernière.

C'est l'une des deux victimes, aujourd'hui majeure, qui a raconté récemment aux policiers le calvaire qu'elle avait subi avec sa soeur. Ces jeunes filles étaient âgées de 12 à 17 ans au moment des faits.

Mardi, Joël G., le père, un Boulonnais âgé de 41 ans, sans profession, a été interpellé à son domicile, dans un quartier populaire de la cité portuaire, ainsi que ses anciens voisins, un couple de sexagénaires, quelques rues plus loin. Au domicile de ces derniers, les enquêteurs de la police judiciaire de Lille ont saisi des enregistrements vidéo et des photos, qui témoignent des violences sexuelles subies par les enfants.

Face aux images accablantes, le couple a reconnu les faits. Une pièce de leur modeste domicile, à la façade grise, aurait même été aménagée pour le tournage de ces films à caractère pédophile. Le père, « minimise sa participation, précise son avocat Me Edmond Geneau, c'est un milieu socialement défavorisé ». Son frère, domicilié dans la région de Lens, a également été arrêté, soupçonné d'avoir violé les jeunes filles, mais à une autre période. Ces quatre personnes ont été mises en examen par un juge d'instruction de Boulogne pour « viols sur mineurs aggravés en réunion » et placées en détention provisoire.

Dans la rue Porte-Gayole, près de la vieille ville, où s'était installé Joël G. il y a un an, ses voisins décrivent un homme très bruyant, porté sur l'alcool. Cet homme de petite taille, déjà condamné par le passé pour actes de violences vivait seul dans son appartement. Il était père de 7 enfants, qu'il avait eus avec plusieurs compagnes. « Nous avons porté plainte à plusieurs reprises pour tapages nocturnes, mais en vain, il nous faisait vivre l'enfer toutes les nuits avec sa musique » déplore un riverain, néanmoins sous le choc d'apprendre son implication dans une affaire de violences sexuelles. « On n'avait pas besoin de cela dans le Boulonnais ! » ajoute une voisine.

« Nous ne sommes pas dans le cadre d'un Outreau bis »

Les images vidéo saisies par la police n'auraient pas circulé ailleurs que dans le cadre familial des agresseurs. Toujours marquées par le dossier d'Outreau, dont le réseau pédophile présumé a volé en éclats, les autorités judiciaires restent prudentes quand il s'agit de traiter ce genre de dossier. « Nous ne sommes pas dans le cadre d'un Outreau bis, précise un enquêteur. Les faits sont caractérisés, dans un cercle restreint, il y a des preuves matérielles. L'affaire a été traitée avec la plus grande diligence par le parquet. »

Les deux victimes, aujourd'hui âgées de 18 et 19 ans, n'ont pu se débarrasser de l'emprise de leurs bourreaux que lorsqu'elles ont quitté le domicile familial à leur majorité. Même si elles faisaient l'objet d'un suivi éducatif, il n'y aurait pas eu de signalements pour violences sexuelles jusqu'à aujourd'hui selon un proche du dossier.

Les investigations vont se poursuivre pour tenter d'identifier d'autres victimes potentielles. « Sur les images vidéo, précise le procureur de Boulogne, Jean-Philippe Joubert, il y a les visages de deux autres filles que l'on ne connaît pas. »

Franck Antson

Source Le Parisien